Cruzille en Saône et Loire

  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire
  • Cruzille en Saône et Loire

Accueil du site > Cruzille, village agricole > La crise du Phylloxera

La crise du Phylloxera 

La crise du Phylloxera : 25 ans de graves difficultés viticoles et autres à Cruzille comme ailleurs !

L’Alarme officielle du Phylloxera est donnée le 23 juin 1874, par le Préfet du Rhône qui signale, au Préfet de Sâone-et-Loire, sa présence à Villié-Morgon , aux portes du département. L’attaque progresse très vite et un an plus tard, l’extension du Phylloxera est fortement confirmée !

C’est seulement en 1876 (soit 2 ans plus tard) que l’attaque sera diagnostiquée à Cruzille mais la vigne y étant déjà soumise depuis 2 ans ! En 1880, 45 % des communes viticoles du Mâconnais sont touchées gravement. Avant cette crise , la majeure partie du vignoble est constituée alors avec des ceps Vitis vinfera , particulièrement vulnérables au phylloxera..

Le phylloxera vastatrix est un puceron, originaire de l’Est des USA, qui a été introduit en Europe, avec des boutures venant d’Amérique entre 1858 et 1862. Il peut se propager de 2 façons, grâce à un cycle biologique complexe lui permettant d’affecter le feuillage ou les racines. Les affections au feuillage ont pu être traitée, mais c’est la présence des larves sur les racines qui n’a jamais pu être enrayée et qui a provoqué la destruction de la quasi totalité du vignoble français (et une grande partie des vignobles européens).

Tous les essais de traitements ont échoué. Assez rapidement, scientifiques et professionnels de la vigne se rendent à l’évidence : il n’existe aucun traitement et seuls, arrachage et replantation , avec de nouveaux ceps américains greffés, pourront endiguer l’invasion.

Des cours de greffage des variétés du Mâconnais sur les pieds américains vont alors être organisés partout. Après arrachage, à partir de 1880 , il faudra une bonne vingtaine d’années pour reconstituer progressivement un nouveau vignoble. En 1891, il est noté partout que les vignes reconstituées ont un bel aspect et promettent de belles récoltes ; à partir de 1901, on note la disparition de toute trace de Phylloxera, et près de 92 % du vignoble mâconnais a pu être reconstitué. Pendant ces années noires, les vignerons du village vont être touchés gravement, et certains ne pourront pas faire face et seront contraints de chercher un autre travail ici ou ailleurs, quelques chiffres glanés dans les archives communales, nous font mieux percevoir la difficulté.

Les années sombres du phylloxera à Cruzille
1874 à 1900
Surface vignes Récoltes
ancienne détruite Replantée
1874 Début de l’attaque non perçue
1876 à 1881 L’attaque est diagnostiquée, tout le vignoble est attaqué 432ha 4ha 0ha
1883 325ha 150ha 0ha 2300 hl
1884 50ha entièrement phylloxérés sur 200ha 275ha 160ha 0ha 1360hl ( 1300 rouge + 60 blanc)
1885 Vignoble presque tout détruit début de la replantation 50ha 1ha 725 hl (675 rouge + 50 blanc)
1897 Nouveau vignoble en progression 0ha 390 44
1904 Plantations se poursuivent 0ha 150ha + 10 4000hl
1908 Plantations se poursuivent doucement 172 5000hl
1909 Une petite moitié du vignoble est reconstitué seulement 174 3000hl


Site réalisé en SPIP pour l'AMRF